Archives de la catégorie ‘ghettonomics’

Dites ce que vous voulez, mais Fiddy est un homme charitable.

Si vous allez sur sa page Facebook, vous serez capable « d’aimer » sa nouvelle page « Street King« . Si vous faites cela, il va donner un repas à un enfant affamé. Si le nombre de  « j’aime »  atteint un million, il rajoutera un million de repas supplémentaires.

«Les gens qui veulent lutter contre la faim ne sont pas appelés à faire un don ou payer quelque chose pour aider. C’est simple réel. Tout ce qu’ils ont à faire est d’aimer la page Street King sur Facebook et je donnerai un repas à un enfant affamé « , a déclaré 50.

Très beau mouvement, Curtis. Allons aimer sa page, et aider à célébrer la Journée Mondiale de l’Alimentation Nationale.

La page Facebook

Source

Publicités

Comme chaque année, Forbes dévoile sa célèbre liste comprenant les 20 rappeurs / producteurs ayant gagné le plus d’argent au cours de l’année et voici le top 5 :

 

1. Shawn « Jay-Z » Carter, $37 million Le roi du hip-hop en titre continue de récolter les avantages de son deal Live Nation à 150 millions de Dollars d’il y a 10 ans, ainsi que des participations dans les Nets du NewJersey, la chaîne 40/40 Club, une société de traduction et autres. Cette année a marqué la première fois qu’il a gagné plus que son épouse Beyonce depuis leur mariage en 2008.Pour en savoir plus sur les affaires du hip-hop, consultez Empire State of Mind: Comment Jay-Z est passé du coin de rue au bureau d’angle.

 

2. Sean « Diddy » Combs, $35 million La musique représente désormais moins de 20% du salaire pour l’artiste anciennement connu sous le nom de Puff Daddy, grâce à de grands enjeux dans les lignes de vêtements Sean John et Enyce, le label Bad Boy et la firme de marketing Blue Flam. Mais c’est sa vodka Ciroc qui a conduit FORBES à estimer sa fortune nette à 475 millions de dollars cet hiver.

 

3. Kanye West, $16 million L’auto-proclamé « Louis Vuitton Don » reviens dans les trois premiers pour la première fois depuis 2009. Son nouvel album, My Beautiful Dark Fantasy Twisted, dans les bacs depuis Novembre, a comblé les critiques et est rapidement devenu disque de platine. Pour la suite, la collaboration avec Jay-Z sur « Watch The Throne », est sortie le 8 août.

 

4. Dwayne « Lil Wayne » Carter, $15 million (égalité) Le lyriciste aurait écrit sa première chanson à l’âge de 8 ans et signé un contrat d’enregistrement avec Cash Money un an plus tard. Aujourd’hui, il est l’un des plus riches dans le rap, malgré une peine de huit mois de prison l’année dernière. Son dernier album, « I Am Not a Human Being », fait de lui le premier artiste depuis Tupac Shakur a avoir un album #1 dans charts pendant son incarcération.

 

4. Bryan « Birdman » Williams, $15 million (égalité) Le bossde Cash Money continue d’engranger l’argent du label qu’il a co-fondé, la maison des autres « cash kings » Lil Wayne, Drake et Nicki Minaj. Exclu de listes précédentes parce que nous lui plus amputé un rôle exécutif qu’un rôle de rappeur, Birdman est inclus cette année parce que la plupart de ses pairs ont maintenant une description de poste similaire.

 

5. Marshall « Eminem » Mathers, $14 million (égalité) Eminem ne tourne pas autant que de nombreux rappeurs et ses intérêts commerciaux extérieurs sont limités, mais la musique a suffi pour le faire arriver dans la partie supérieure de la liste cette année. Son album « Recovery » s’est vendu à 5,7 millions d’exemplaires dans le monde entier et a gagné 10 nominations aux Grammies. Normalement non-commercial, il a ajouté à ses à ses revenu des spots comme le Super Bowl pour Lipton et Chrysler.

 

5. Andre « Dr. Dre » Young, $14 million (égalité) L’homme qui a lancé la carrière des rois du cash comme Snoop Dogg, Eminem et 50 Cent revient sans cesse dans le top, il a su compter sur ses frais de producteur et « Beats by Dre », son entreprise lucrative de casques avec Jimmy Iovine, le patron d’Interscope.

 

Pour la suite vous pouvez la voir sur Forbes

Et si l’envie vous prends d’apparaitre dans cette liste, voici 2 liens, le premier sur les règles et commandements qu’applique Jay-Z dans son business. Le 2ème est une video sur l’empire YMCMB et une interview de Birdman par un journaliste de Forbes :

Jay-Z’s business commandments

Behind Birdman empire

 

 

 

 

 

 

 

 

Leçons d’économie en clip vidéo rap: Hayek vs Keynes
Pour ceux qui se rappellent leurs cours d’économie… une vidéo bien originale, avec des hommes en costard cravate en guise de rappeurs hip-hop. Ici deux visions de pensée qui s’affrontent: la vision libérale ou laisser-faire (via Keynes) vs la vision planifiée de l’économie (via Hayek), le tout en clip vidéo Rap intitulé « Fear the Boom and Bust » (Craindre les bulles économiques)
Cependant vidéo à relativiser? D’où vient elle? Propagande? Tout dépend avec quelle grille de lecture on l’analyse. Certains disent que l’objectif est de décrédibiliser Keynes? D’autres, que c’est un clip pour vanter le libéralisme? (auteur Russell Roberts) .
Peu importe le fond, cette vidéo nous a interpellé par sa réalisation et le sujet abordé: l’économie.
Elle résume à elle toute seule la lutte, si on peut dire historique, des dogmes économiques (car ce sont bien des dogmes). D’ailleurs le clip mentionne ce va-vient permanent: en période prospère, c’est moins d’états et de régulations, en période de crise, c’est plus d’états et de régulations. Le point important reste que oui, les dogmes économiques nous influencent dans notre vie de tous les jours.
La question centrale qui n’est pas soulevé reste la question du sens? et le pourquoi! Une économie pour servir quels objectifs? quelle finalité?
En tout cas, sur la forme, beau travail, belle réalisation et idée originale! Idée interessante que des mettre des hommes en col blanc au centre du clip… cela pose la question de qui a vraiment le pouvoir! A quand la même idée en parlant d’écologie? Ce serait excellent!

Leçons d’économie en clip vidéo rap: Hayek vs KeynesPour ceux qui se rappellent leurs cours d’économie… une vidéo bien originale, avec des hommes en costard cravate en guise de rappeurs hip-hop. Ici deux visions de pensée qui s’affrontent: la vision libérale ou laisser-faire (via Keynes) vs la vision planifiée de l’économie (via Hayek), le tout en clip vidéo Rap intitulé « Fear the Boom and Bust » (Craindre les bulles économiques)Cependant vidéo à relativiser? D’où vient elle? Propagande? Tout dépend avec quelle grille de lecture on l’analyse. Certains disent que l’objectif est de décrédibiliser Keynes? D’autres, que c’est un clip pour vanter le libéralisme? (auteur Russell Roberts) .
Peu importe le fond, cette vidéo nous a interpellé par sa réalisation et le sujet abordé: l’économie.
Elle résume à elle toute seule la lutte, si on peut dire historique, des dogmes économiques (car ce sont bien des dogmes). D’ailleurs le clip mentionne ce va-vient permanent: en période prospère, c’est moins d’états et de régulations, en période de crise, c’est plus d’états et de régulations. Le point important reste que oui, les dogmes économiques nous influencent dans notre vie de tous les jours.
La question centrale qui n’est pas soulevé reste la question du sens? et le pourquoi! Une économie pour servir quels objectifs? quelle finalité?
En tout cas, sur la forme, beau travail, belle réalisation et idée originale! Idée interessante que des mettre des hommes en col blanc au centre du clip… cela pose la question de qui a vraiment le pouvoir! A quand la même idée en parlant d’écologie? Ce serait excellent!

Source: http://blog.toutallantvert.com